Des rues désertes

J’ai du me rendre au bureau pour régler un problème sur place que je n’arrivais pas à faire avec Anydesk, mon système de prise en main à distance. Les rues étaient quand même bien plus désertes que ce que tendent à nous montrer les journalistes à la télévision.

Voici l’avenue Lacassagne au niveau de la rue Feuillat, un vendredi après-midi à 14H30.

Vers un confinement total ?

L’intersyndicale nationale des internes appelle Macron à imposer un confinement total de la population.

Dans un communiqué publié hier le INSI (intersyndicale nationale des internes) appelle le président Macron à imposer un confinement total. «C’est un confinement total et absolu de l’ensemble de la population dont nous avons besoin, à l’instar des mesures déployées en Chine : aucune sortie, aucun contact interpersonnel extérieur au foyer, arrêt strict de toutes les entreprises non vitales, des transports en commun, ravitaillement des familles au domicile par des personnels protégés intégralement et avec des masques FFP2», est-il écrit.

Pourquoi pas ? Mais où va-t-on trouver les masques FFP2 qui vont équiper le personnel chargés de nous ravitailler ? Et d’ailleurs qui va nous ravitailler ?

L’idée est louable, mais je préfère retenir la fin du communiqué qui réaffirme la responsabilité de la politique menées depuis plusieurs année vis à vis de l’hôpital dans la crise actuelle.

Troisième matin du confinement

Petit rituel température. Encore un petit 36.8° ce matin alors que j’avais 37 hier soir.

J’ai ensuite pris connaissance des infos.
108 nouveaux décès lors des dernières 24 heures selon le Directeur général de la santé Jérôme Salomon (déclaration du 19 mars au soir) soit 1,2 fois plus que la veille. Je ne note pas le nombre de cas puisque la politique française est de ne pas pratiquer de dépistage.

Les polémiques de la veille :

Muriel Penicaud a tancé vertement un syndicat du BTP qui avaient demandé à leur adhérents de cesser le travail. «Quand un syndicat patronal dit aux entreprises : « Arrêtez d’aller bosser, arrêtez de faire vos chantiers », ça c’est du défaitisme, a-t-elle martelé. On a besoin de tout le monde sur le pont.»

Je suis un peu énervé par ces discours martiaux. Au vu de la pénurie de masques et de tests de dépistage, je n’ai pas l’impression que l’équipe en place ait vraiment préparé cette guerre entre le 15 janvier et début mars.

Je déteste cette référence à l’Union sacrée dans la bouche de tous ces politiques qui sont en grande partie responsable de l’impréparation de cette crise.

Deuxième cas, les déclaration de Richard Ferrand au journal le monde

« Même si le terme [de cluster] n’a pas été utilisé, il ne s’agit pas de chicaner, nous avons bien eu un foyer épidémique il y a deux semaines, avant la trêve parlementaire. Des études épidémiologiques ont été menées pour savoir qui a fréquenté qui et remonter la piste afin de prévenir les personnes qui ont été en contact avec les malades. Aujourd’hui, la notion même de cluster a disparu puisque la phase 3 implique la circulation du virus sur l’ensemble du territoire. »

Donc, il y deux semaines, un foyer épidémique est détecté à l’Assemblée Nationale et on ne fait rien pour confiner ces gens là. Mieux, on les laisse rentrer dans la France entière pour répandre la bonne parole et continuer leur campagne électorale comme si de rien n’était .

 

Deuxième matin de confinement

J’ai commencé par le rituel température. Encore un petit 36.9° ce matin alors que j’avais 37 hier soir.

J’ai ensuite pris connaissance des infos.
89 nouveaux décès lors des dernières 24 heures selon le Directeur général de la santé Jérôme Salomon (déclaration du 18 mars au soir) soit 3 fois plus que la veille.

Aujourd’hui,  contrairement à hier je n’irai pas faire de courses et je n’irai pas au travail sauf problème ou demande particulière que je ne pourrais régler à distance. Je m’accorderai peut être une petite ballade car j’effectue habituellement près de 8000 pas par jour que je ne vais pas pouvoir faire dans mon petit appartement ou sur mon balcon.

J’ai échangé hier soir par SMS avec mon frère qui a une « grippe » avec plus de 39 de fièvre depuis lundi. Il habite dans le Haut-Rhin et travaille dans le milieu de l’accueil des personnes handicapées et des vieux … En plein dans l’oeil du cyclone. Je suis inquiet pour lui.

La polémique du jour pour moi revient aux déclarations de Castaner :
«Il y a des gens qui sous-estiment le risque (…) Il y a des gens qui pensent qu’ils sont des héros modernes à enfreindre la règle alors même qu’ils sont des imbéciles», a-t-il déclaré. Cela n’engage que lui.

Ce matin, « ça sent Feyzin ». L’industrie chimique au sud de la ville nous empuantit et c’est certainement accentué par la baisse de la pollution automobile.

 

Humour anglais

Le gouvernement britannique a jugé mardi «raisonnable», d’estimer le nombre de cas d’infections à 55 000 actuellement, contre 1 950 officiellement recensés, et considère qu’un bilan final de 20 000 morts ou moins constituerait «un bon résultat».

Heuh et nous en France, à combien on aura gagné la « guerre » dont nous parlent tous nos politiques ?

 

Premier matin de confinement

Ce matin je me suis réveillé tôt après avoir fait des rêves de boulot où, comme d’habitude, rien ne fonctionnait correctement.
Comme depuis plusieurs jours j’ai commencé par le rituel température. Un petit 36.9° ce matin.

J’ai ensuite pris connaissance des infos.
27 nouveaux décès lors des dernières 24 heures selon le Directeur général de la santé Jérôme Salomon  (déclaration du 17 mars au soir)

Sinon, beaucoup de bruits sur les déclarations d’Agnès Buzyn, ex ministre de la Santé, qui essaie de faire croire qu’elle savait dés janvier que que cela serait terrible. Je trouve cela pathétique. Soit elle savait réellement et dans ce cas c’est à ce moment là qu’elle aurait du le dire … et ses propos de l’époque ne vont pas dans ce sens et pourquoi est-elle allé se perdre dans une campagne électorale qu’elle juge maintenant comme une mascarade.

Sur la mascarade, je suis d’accord, mais pourquoi ne l’a-t-elle pas dit plus tôt ? Et si je ne suis pas allé voter pour la première fois de ma vie, c’est bien parce que je considérais que maintenir ces élection était une forme d’acharnement pathétique face au risque de contamination.

Sur la gestion de la crise, je suis beaucoup plus circonspect car la politique c’est avant tout l’art du possible. Et dans ce combat avec le virus, le système D ou les méthodes AGILE comme on les appelle maintenant ne seront pas suffisantes. Ceux qui sont au pouvoir actuellement sont tributaires d’une situation mise en place sur une durée longue.

Par contre la décision presque unanime d’entériner les résultats du premier tour en dépit de toutes les oppositions constitutionnelles est choquante.

https://www.liberation.fr/debats/2020/03/18/le-premier-tour-des-municipales-n-a-pas-eu-lieu_1782174

Confiner, confinement

LarousseJ’ai recherché la définition de confiner dans le Larousse :

  • S’enfermer, être enfermé dans un lieu : Se confiner dans sa chambre

Je vais bien sûr essayer de ne pas passer ma vie dans ma chambre

et confinement  :

  • Action de confiner, de se confiner dans un lieu ; fait d’être confiné.
  • Situation d’une population animale trop nombreuse dans un espace trop restreint et qui, de ce fait, manque d’oxygène, de nourriture ou d’espace.
  • Ensemble des précautions prises pour empêcher la dissémination des produits radioactifs, dans l’environnement d’une installation nucléaire. (L’enceinte de confinement d’un réacteur nucléaire est un bâtiment étanche entourant complètement le réacteur. C’est l’une des trois barrières placées entre les produits radioactifs et le public.)

La deuxième définition fait un peu peur, même si c’est l’impression que m’ont laissé les rayons vides de mon supermarché samedi soir.

Quant à la troisième, nous nous retrouvons effectivement dans la peau de produits radioactifs, et je crains une fois de plus que les fuites soient plus nombreuses que ne l’indique l’opérateur de la centrale

Pourquoi je n’irai pas voter le 15 mars

ne pas voterPour la première fois depuis près de quarante ans, je n’irai pas voter le 15 mars.

Depuis plusieurs semaines, je sens monter cette épidémie et après les déclarations d’Emmanuel Macron jeudi soir, qui ne m’ont pas surpris, au sujet de la gravité de la situation, je ne comprends pas qu’on maintienne ce regroupement de dizaine de personnes dans des lieux clos et pas facilement décontaminables.

Brandir, comme le font certains, la démocratie en danger n’est pour moi que de la démagogie. Ce qui est en danger c’est notre santé dans cette histoire.

De plus, vu que nous allons vers un confinement, le deuxième tour ne pourra certainement pas avoir lieu.