Sur les masques

En mai 2019, Santé publique France (dont le docteur Salomon est membre du conseil d’administration depuis 2016) rendit un «avis d’experts relatif à la stratégie de constitution d’un stock de contre-mesures médicales face à une pandémie grippale».

Ces experts, qui avaient planché trois ans sur le sujet, plaidaient pour la reconstitution d’un stock, quand bien même celui de la grippe H1N1 était arrivé à péremption sans être utilisé. «Le risque doit être considéré comme important, mais sa survenue ne peut être datée. En conséquence un stock peut arriver à péremption sans qu’il y ait eu besoin de l’utiliser. Cela ne remet pas en cause la nécessité d’une préparation au risque. La constitution d’un stock devrait être considérée comme le paiement d’une assurance, que l’on souhaite, malgré la dépense, ne jamais avoir besoin d’utiliser. Sa constitution ne saurait ainsi être assimilée à une dépense indue… En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population» Cet avis resta comme on le sait lettre morte.

https://www.liberation.fr/france/2020/04/09/non-vraiment-tout-va-bien_1784687

20 millions de boîte coûtaient 150 millions d’euros à l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *